Updates, Live

Monday, August 30, 2010

Principle Gallery: New Works by Jeremy Mann

Jeremy Mann: The Bay
oil on panel

Born in Ohio, in the Cleveland area, Jeremy Mann resides in San Francisco. He celebrates in his oils the great city and the bay. There is some kind of atmospheric quality in his works, which
surpasses his realism and brings the suggestion of a fantastic world.

(Principle Gallery)

Labels:

Two Dream Restaurants





Read more at http://www.delish.com...


(Blogosphere)

Sunday, August 29, 2010

Ballad of a Soldier



When I saw Ballad of a Soldier for the first time I was fifteen, and I felt in love for the girl. A love as innocent and as total as in the movie. I was tending to identify myself with the soldier, and I was seeing myself in the freight car, finding the girl there, behaving kindly, as he was doing, and finding in her eyes the same response.




Many years passed and I had the chance to see the movie again. I was now in my early sixties: no more identifying with the young heroes, still loving their love, following their innocence with a joy balanced by sadness. My empathy was naturally going now to the old mother, as I knew this time so well that there are losses that time never heals.



At an age when one falls in love, he went to die in war. He wasn't a larger than life hero, he was just an adolescent, and that's why it was so easy for me to enter his skin in my imagination; I was also an adolescent, I also was not larger than life, and I was also supposed to fall in love, as he did.

Grigori Chukhrai made this movie in 1959, three years after Сорок первый (another gem), and two years before Чистое Небо (a movie trying maybe to say too much, this time, but definitely with some unforgettable moments).

And let's mention here the names of the actors who played the two young innocent lovers: Vladimir Ivashov and Zhanna Prokhorenko.






(Russian and Soviet Cinema)

Homeless in DC



(Washington, District of Columbia)

(America viewed by Americans)

Thursday, August 26, 2010

Santa Claus (1898)



A movie made in 1898 by George Albert Smith: Santa Claus. Is it magic lantern or already a movie in its own rights? I would say it's still in between: the children are dreaming of Santa Claus, he's making his appearance in some kind of nineteenth century UFO in the upper corner of the screen, then by some magic he enters the room. Still thin, not the fat guy of today's commercials, still dressed in a robe, no boots, no trousers; definitely the Santa of our great-great-grandfathers' dreams.

George Albert Smith started as a magician, and this movie proves his genius: he was still in transition toward the cinematic specific, while resolutely designing the grammar of the new art.

Well, this is fine, but the question remains: this apparition of Santa, is it a dream, or a parallel action? You know, that's with the great movies: they have open endings, leaving the outcome for us.




George Albert Smith's studio at St. Ann's Well, Hove, Sussex.
Note the rails in the foreground, for moving the studio to catch the sunlight.

(http://easyweb.easynet.co.uk/~s-herbert/britpion.htm)

(Early Movies)

Wednesday, August 25, 2010

Two Mugs and Their Stories


It was a Sunday afternoon, sometime in July or August, two years ago. I was hanging around in the Old Town of Alexandria, as I was doing on any given Sunday. I was on King Street, having nothing particular in mind. Weather was fine, I was feeling a bit tired, which was normal: I had come to the town using the trail on the border of Potomac; eight miles, starting from Rosslyn, around three hours.

I passed by a small antiquities store and I decided to have a look inside. It was such a tinny space that two persons had no room to walk shoulder to shoulder. There was a lady in front, who was advancing slowly, imposing the same rhythm to me. There was a moment of confusion when she reached the end of the store and turned back, but we managed somehow to avoid any collision. A story that I had heard in the city of Riga, in Latvia, came to my mind. There is a very short street there, perhaps only twenty or thirty feet, and very narrow, it seems the narrowest street in Europe, and as the story goes two ladies happened once to be each one at the other end of the street, and ready to pass. Each lady was inviting the other to pass the first, and no one wanted to be less polite than the other. A gentleman who was passing by told the ladies that there was only one way to solve the dilemma: the younger one should pass first and thus she would let the other lady to be the more polite. As you can imagine none of them wanted to appear as the oldest, so both passed in the same time.

I had the chance to visit Riga in the eighties and I saw the street: it was really very short and very narrow. By that time it had a nickname, given by students, Punk Street.

As I remembered Punk Street and its stories I suddenly noticed in the store a mug that looked funny. Its ambition was to be an antique, actually it faked. It was made in Germany somehow nowadays, with a serial number on its bottom, but I was cool with that, I wasn't that kind of pretentious.

The mug had a metallic lid and it was of course enameled: the scenery was showing two middle aged gentlemen looking kind of Tirolean hunters, sitting at a table in some country pub. Each hunter had in front a mug full of bear (possibly enameled with the same scenery). One of them was trying (unsuccessfully it seems) to hug the waitress. What else to expect from a middle aged Tirolean hunter?

And the inscription on the mug: Hoch edles Naß aus kühlem Faß, High Precious Wet from a Cool Barrel; it looked great.

Another memory came to my mind, this time of a veritable antique, another mug, that I had had in my house in Bucharest. That mug was really an artwork, with a green enamel, showing some sailors sited at a table, each one with his own story. I was a kid by that time, enamored by books with polar expeditions, and for me the heroes carved on the mug were Norwegian sailors, ready to go on Fram to the Arctic regions, together with Nansen and Johansen, and his captain Otto Sverdrup... or maybe a bit later, with the expedition of Amundsen? And so each sailor from the mug had a name, given by me: Larsen, and Olaf, and Gunnar ...

Warmed by these distant memories, I decided to buy the mug in the store, to pack it and send to Bucharest: I was preparing my future remembrances.

Well, now I have both mugs. The one that I bought in Alexandria, Northern Virginia arrived safely in Bucharest, where I found also the old one.



(Alexandria)

Tuesday, August 24, 2010

Dream Car



(Blogosphere)

Monday, August 23, 2010

(Keith): The Art of Taekwondo

(Pierre): An essay about Taekwondo, by Ahmed-Keith Reziki.




(Keith):

Le Taekwondo signifie la voie du pied et du poing (tae 태/跆 - frapper du pied, kwon 권/ 拳 - frapper du poing et do 도/ 道 - la voie, l'art ou encore la méthode). Souvent appeler le karaté coréen par les amateurs d’arts martiaux, il est aujourd’hui à la fois un sport de combat spectaculaire et une redoutable technique d’autodéfense. Comme l’Hapkido ou le Tangsoodo c’est un art martial très apprécié pour son efficacité en Occident. Pourtant il est bien plus rependu que l’Hapkido dans le monde. Depuis une quinzaine d’années, il est passé sport olympique comme la boxe anglaise et le judo, détrônant en même temps la suprématie des Karaté shotokan et kyokushinkai japonais et celle des différents kungfu qui ne sont toujours pas officiellement des sports olympiques (le Wushu en 2008 n’était que sport de démonstration). Comment un sport de combat venant d’un pays peu connu des occidentaux en général, s’est-il imposé comme l’un des sports les plus pratiqué du 21è siècle ? C’est ce que nous tenterons d’expliquer ici.

Shijak - Les Origines Historiques

Les arts martiaux existent depuis très longtemps en Asie et plus particulièrement en Corée.
Les plus anciens vestiges de ces arts remonte jusqu’à l’époque des Trois oyaumes (Koguryeo, Baekjae et Silla) sous formes de fresques ornant des objets dans différentes tombes royales. La datation historique de ces fresques oscille entre l’an 3 et l’an 427 de notre ère. Le passé du Taekwondo est donc décelable à travers l’histoire orale et les objets d’époque. L’ancêtre le plus probable du Taekwondo est sans doute le Subak, un art martial qui comme le Wushu contient des multiples arts de guerre comme l’art de l’épée, de la lance, l’arc, les arts de la médicine corporel (point vitaux), l’art de la luxation des articulations mais aussi des préceptes confucianistes, taoïstes et bouddhistes dans le Silla unifié. Cette art était enseigné dans tout le royaume Koguryeo et sous des formes similaires à Baekjae et Silla.

La période des Trois Royaumes se caractérise donc par des institutions où une élite recevait une formation aussi bien militaire qu'intellectuelle et artistique. La plus aboutie de ces institutions fut celle des Hwarang au royaume de Silla. Silla était le plus désordonné des trois royaumes. Le 24e roi de Silla, Chin Heung, sera à l’origine de la monté en puissance de Silla en créant notamment l’ordre des Hwarang ou Sonrang, une armée d’élite constitué de soldats entrainer au Subak. Les Hwarang alliaient l'excellence militaire, intellectuelle et artistique toute en suivant des préceptes confucianiste tel que la pratique du Songbae (grand frère-mentor) qui permettre de facilement trouver de nouvelles recrues très doué dans le royaume. Hwarang, qui signifie plus ou moins fine fleur de la jeunesse, est donc un ordre d’élite intellectuel et militaire et qui à pour but d’unifier les trois royaumes.

Ainsi le Subak continue son évolution avec Silla unifié et c’est donc l’ordre des Hwarang qui donnera naissance à une branche du Subak très apprécié des coréen, le Taekkyon. Le Taekkyon est certainement l’ancêtre le plus direct du Taekwondo. Il allie danse et combat, ce qui certes peut sembler éloignés. En fait la danse permet déjà le changement constant de position (d’une jambe d’appuie à l’autre) et surtout le Taekyon utilise un très grand nombre de techniques de jambes tout comme le Taekwondo d’où leur nom très similaire. La raison principale pour cette technique exclusive des jambes était qu’à l’époque les mains en Corée était jugées trop importantes pour être utilisés comme armes et risquer de les blesser. Le Taekkyon est une technique à main nue, sans arme et les mains ne sont utilisées que si cela est vraiment nécessaire. Comme pour la capoeira brésilienne la danse permet de dissimuler ses attaques alors que les mouvements constants des mains font surtout office de diversion et servent à attraper l’adversaire pour faire des projections. Le Taekkyon était très encouragé par les rois coréens, dont Uijong (1147-1170) pendant la période Koryŏ.

Durant les 35 années de colonialisation japonaise les arts martiaux coréens étaient prohibés et tout pratiquant était sévèrement puni par la milice japonaise. Dans un tel climat d’oppression ou les plus grand maitres était en grandes parties exécutés et ou seul une infimes partie des pratiquants du Taekkyon survirèrent en abandonnant leur art, il est évident que la Corée à beaucoup perdu de ses trésors martiaux. Ainsi après la colonialisation, les coréens qui apprirent le Karaté japonais et d’autre arts de la guerre japonaise se les ont réapproprié à leurs façon et grâce au découverte archéologique ou à une poignée d’initiés les arts martiaux coréens renaissent depuis peu de leur cendres. A noter que le Karaté Kyokushinkai fut crée par un coréen pratiquant du Taekkyon, Choi Yeong-Ui (최영의).






Le Fondateur du Taekwondo originel

C’est le General Choi Hong-Hi (최홍희) qui créa officiellement le 11 avril 1955 le Taekwondo. Ayant pratiqué le Taekkyon avec le Maitre Han Il-Dong, qui fut le professeur de calligraphie du futur général Choi mais lui apprendra aussi le Taekkyon dans le but de renforcer le faible corp de Hong-Hi. Choi Hong-Hi pratiquera ensuite le Karaté (shotokan et d’Okinawa) et atteindra le rang de deuxième Dan.

Très jeune il part faire ses études au Japon et entrera en contact avec le karaté du Maître Funakoshi (karaté d’Okinawa). Influencé par la philosophie de Funakoshi et par son apprentissage avec lui, une fois rentré en Corée fort de son deuxième Dan et sortant de l’université de Tokyo, il s’engage dans l’armée coréenne. Avec ses 10 camarades du Chung Do Kwan (première école d’arts martiaux kwan coréens fondé en 1944, il y en aura 9 en tout), pendant que certains fonderont le Tang-Soo-do, il fondera le Taekwondo et finalement la fédération entière se renommera Taekwondo définitivement en 1965. Mais Choi Hong-Hi n’en aura pas le mérite finale. Le choix de ce nom, la Voie du Poing et du Pied, rappelle bien sur celui du Taekyon, et rompt avec ceux proches du Tang Soo. On peut y voir une volonté de rompre avec la Chine (car Tang Soo signifie main de Chine) et de donner un sens nouveau au nationalisme coréen.

Quand Choi était Kwan, le terme Taekwondo qu’il proposa à plusieurs reprises pour remplacer le terme Chung do kwan, n’eu que peu de votes favorables et il décida donc de continuer seul (aidé de quelques camarades). C’était la période de la guerre entre les deux Corées, et il s’engagea donc dans l’armée afin d’aider les militaires à améliorer leur performances au corps-à-corps. Peu après la guerre, tout en continuant son engagement militaire il créa une équipe de démonstration du Taekwondo afin de le promouvoir dans le monde. Cette équipe était constituée des meilleurs éléments du Taekwondo dont les vétérans étaient bien sur les camarades Kwan. En mars 1959, une première tournée fit découvrir à Taïwan et au Sud Viêt Nam ce nouvel art martial. Entre 1961 et 1962, le Taekwondo était pratiqué par les militaires coréens autant que par la population civile de ce pays, mais aussi par les forces armées américaines stationnées en Corée. Ces mêmes années, le Taekwondo fut introduit à l’académie militaire de West Point (USA), l’une des plus fameuses du monde. Nommé ambassadeur en Malaisie, le général Choi introduisit le Taekwondo dans ce pays, après avoir effectué une démonstration dans un stade à la demande du premier ministre malais. En 1963, l’Association malaise de Taekwondo fut créée. En juin de la même année, une démonstration eut lieu dans le bâtiment des Nations Unies, à New York, et le Taekwondo fut choisi pour l’entraînement des militaires du Sud Viêt Nam.

Toujours en 1963, les associations nationales de Singapour et de Brunei furent créées.

En 1965, le général Choi prit sa retraite avec le grade de général deux étoiles, et fut chargé par le gouvernement de Corée du Sud de diriger une tournée en Allemagne de l’Ouest, Italie, Turquie, Émirats Arabes Unis, Malaisie et Singapour. Les membres de son équipe de démonstration étaient Han Cha Kyo (VIe Dan à l’époque), Kim Jun Kun (Ve Dan), Kwon Jai Hwa (Ve Dan) et Park Jong Soo (Ve Dan).

Ce fut l’occasion de faire connaître le Taekwondo dans ces pays, ainsi que d’établir les associations nationales qui, le 22 mars 1966 se réunirent pour former la Fédération Internationale de Taekwondo (ITF), à Séoul.

Voici donc Les pays fondateurs de l’ITF en 1966: la Corée, le Viêt Nam, la Malaisie, Singapour, l’Allemagne de l’Ouest, les États-Unis, la Turquie, l’Italie et les Émirats Arabes Unis. Le Taekwondo fut alors reconnu comme l’art martial national de la Corée.

(Choi Hong-Hi est au centre de la photo)


ITF VS WTF – Deux Corées pour Deux Taekwondo

En 1972, le Général Choi introduisit le Taekwondo en Bolivie, République Dominicaine, Haïti et Guatemala. Mais confronté à une situation politique particulièrement difficile dans son pays, il fut contraint à l’exil : en effet, le gouvernement sud-coréen avait désapprouvé une initiative du général Choi de faire une démonstration de Taekwondo en Corée du Nord, où il s'était rendu en 1966. Le développement du Taekwondo en Corée du Nord est dû notamment à Yoon Byung-in. Afin de ne pas perdre le Taekwondo, et avec l’accord des pays membres de l’ITF, le général Choi déplaça le siège de l’ITF à Toronto, au Canada, d’où il espérait pouvoir diffuser plus aisément le Taekwondo dans les pays de l’Est.

Le gouvernement de Corée du Sud, qui ne voulait pas, lui non plus, perdre le Taekwondo, qui était devenu un extraordinaire outil de propagande pour le pays, créa la WTF (World Taekwondo Fédération ou Fédération Mondiale de Taekwondo) en 1973. Après un remaniement total des techniques, ce nouvel art martial, totalement différent du Taekwondo créé par le général Choi, commença à se répandre dans de nombreux pays. Bénéficiant de l’appui du gouvernement, cet art martial put se développer très rapidement, surtout dans les pays de l’Ouest.

Dès lors, les deux Taekwondo cohabitent plus ou moins pacifiquement. Le maintien d'un seul nom pour désigner ces deux disciplines est à la base de nombreuses confusions, ces deux arts martiaux étant très différents dans les faits. Si le Taekwondo du général Choi a poursuivi son évolution scientifique d’art martial et d’auto-défense, celui de la WTF a pris une tout autre direction, celle de l'olympisme. C’est ainsi qu’il fut reconnu sport olympique il y a quelques années (1992 en tant que sport de démonstration et 2000 en tant que sport officiel). Précisons ici que le WTF est encore fortement majoritaire en France, où l’ITF ne se développe de nouveau que depuis une dizaine d’années.

La Corée du Nord continuera sur la voie de l’ITF ce qui à conduit en 2004 et 2008 à un défilé commun entre la Corée du Sud et du Nord aux Jeux Olympiques.

Le décès du fondateur du Taekwondo et président de l’ITF le général Choi Hong Hi survient le 15 juin 2002. Sa succession ne s'est pas faite dans l'unanimité. Il existe maintenant 3 fédérations portant le même nom et qui sont présidées par 3 hommes différents.

(Taekwondo WTF)


(Taekwondo ITF)


Les femmes et le Taekwondo

Dans les arts martiaux, les hommes sont vraisemblablement toujours majoritaires. Les hommes bien souvent contribuent grandement au cotés combats et scientifiques des arts martiaux. En Amériques les jeunes contribuent eux aussi avec l’apport du mélange sport-extrême et gymnastique dans les arts martiaux. Ainsi le rôle des femmes est donc celui de l’apport esthétique. On peut voir par-exemple dans les styles internes chinois comme le Ba-Qua-Zang et le Tai-Qi des femmes virevolter comme des papillons aux tenues de soie ou de licra très légère, résistante et élaborer afin de ne pas gêner (frotter) et d’évacuer la sueur plus efficacement. Tandis que les hommes préfère le coton, plus rigide mais dans les bruits durant les claquages sont beaucoup plus impressionnant.

Eh bien dans le Taekwondo c’est presque la même chose. Si cet art plaît tant aux femmes c’est pour plusieurs raisons. D’abord il permet de se défendre efficacement quelque soit sa taille et sa force contre tout type d’adversaire, il permet aussi de garder la ligne et de se maintenir en forme grâce à ses nombreux enchainement de coup de pieds (cela affine la ligne et fait travailler les abdos, les fessiers et les cuisses. Principe à l’endroit ou la graisse est stuqué chez les individus), le travail de souplesse et de l’agilité de cet art permet d’éviter les accidents domestiques ou les problèmes de santé corporel tel que les foulures et autres blessures légères et enfin il augmente l’agressivité dans la vie. Beaucoup de femme en Europe et au Maghreb après avoir pratiqués le Taekwondo se disent plus battantes, plus fondeuses et ne ce laissent plus abattre si facilement. En France il y aurait 30% d’adhérentes au Taekwondo contre 26% pour le judo et le karaté. Dans l’équipe nationale junior française, pour les championnats européens de 2007, l’équipe était constituait de 4 filles pour 3 garçons et toutes sont revenu avec une première place à l’exception d’une deuxième place tandis que les garçons obtenait deux première place et une troisième.

Au Maghreb, ou les arts martiaux constituent l’un des seul loisirs-éducatif pour les femmes, les adeptes du karaté, enseigné de puis bien plus longtemps, commencent à se diriger vers le Taekwondo beaucoup plus souple et plus attractif que le karaté ou le judo. Le fitness étant plutôt mal-vu dans certain pays quand pratiqué par une femme, car elle montre des parties du corps qui pourrait tenter le sexe opposé. Alors même si les cours de fitness se font en décalé entre les hommes et les femmes, elles préfèrent s’orienter vers les sports de combat. Surtout le Taekwondo ou l’on garde une tenue intégrale à manches longues et où elles peuvent garder la ligne comme cité plus haut. Il faut aussi savoir que le col en V du dobok (tenue du Taekwondo) est plus haut généralement que celui du karaté ou du judo et s’enfile plutôt comme un T-shirt contrairement aux Judogis et aux kimonos traditionnels qui s’enfilent comme un pénoir. On ne peut donc pas découvrir la poitrine d’une personne par inadvertance lors d’une projection par-exemple.






Dans le monde du Taekwondo féminin, il’y a plusieurs personnalités qui n’hésitent pas à conjuguer Taekwondo et vie professionnele et dans certains cas le Taekwondo est même un plus dans leurs professions. Par exemple Pongchanok Kunklub, la meilleure Taekwondoiste de Thaïlande est aussi la plus belle femme de Thaïlande car elle jusqu’à 2009 elle menait de front sa carrière de championne martiale avec sa carrière de miss. Mais finalement elle abandonnera les compétitions de Taekwondo pour le monde des miss bien qu’elle continue de s’entrainer pour garder la ligne sans combats.




Une autre femme venant du Québec est pionnière dans une nouvelle discipline du Taekwondo, la remise en forme des plus de 50 ans ! Joliette Trân, 33 ans, ergothérapeute depuis 10 ans et détentrice d'une maîtrise en santé communautaire, est aussi 5ème Dan de Taekwondo. Elle a eu l'idée de mélanger ses connaissances en santé avec sa passion pour le Taekwondo. Elle crée Trân Fusion (www.tranfusion.ca) en septembre 2009. Ce style est dépourvu de combat et est exclusivement adapté pour la remise en forme des plus de 50 ans.



Enfin l’exemple le plus connu des amateurs est Chloe Bruce, une britannique experte du Tang-Soo-do Chung do kwan (branche très proche du Taekwondo, crée par l’un des camarades du général Choi). Double championne du monde de kata avec et sans armes de 2000 à 2005 et détentrice de nombreux records du monde, elle conjugue parfaitement arts martiaux et vie professionnele. 4ème Dan de Tang-Soo-do elle à la fois enseignante martial, actrice, cascadeuse, mannequin professionnel pour fitness et arts martiaux et trouve même le temps d’entrainer sa petite sœur Grace Bruce championne en devenir. Chloe est surtout connue pour sa souplesse et son coup de pied scorpion.







Techniques Spéciales – les spécificités du Taekwondo

Que se soit dans le Taekwondo ITF ou WTF, les katas et les combats ne sont pas les seuls moyens d’évaluation. Il en existe deux autres qui font toute la différence et toute la spécificité du Taekwondo. L’ITF en détient le réel mérite car elle continue de fonctionner selon 4 axes, les 4 moyens dont le général Choi avait décidé qu’ils seraient les plus efficaces. WTF les as gardées pour le passage des hauts grades et la démonstration.

Ces quatre disciplines sont :
  • le combat libre
  • les Poomsé, Tuls ou formes
  • la casse
  • les Techniques spéciales (techniques personnels. On place un objet le plus haut possible et le taekwondoïste doit, d’un coup de pied, atteindre cette cible comme il le souhaite.
Voici le lien d’une vidéo youtube TAEKWONDO ITF EUROPEAN CHAMPIONSHIP 2006 SPECIAL TECHNIQUES et le lien pour ITFNZ Taekwon-Do - Male Special Technique Competition
Voici d’autre liens youtube, pour la technique de casse.

Ring Out - Conclusion et liens

Avant de conclure ce devoir, j’aimerais justifier un axe de mon travail. J’ai abordé très peu de thermes techniques du Taekwondo car il existe en fait bien souvent deux termes pour chaque technique, l’un venant de l’ITF et l’autre de la WTF. Ainsi malgré ce manque d’information hyper-spécifique, j’espère que toute personne qui lira ce document pourra voir mon attachement personnel aux arts martiaux de tout pays. Que l’important n’est pas ce que l’on pratique mais bien le degré d’implication personnel et les efforts fournit dans la pratique d’une quelquonque discipline. Si vous avez aimé ou êtes intéressé par le Taekwondo, j’espère vous avoir donné envie de vous y mettre sérieusement ou de continuer.

Le Taekwondo, est un art martial originaire de Corée qui à pour ancêtre le Taekkyon. Les arts martiaux coréens presque anéanties par la colonialisation japonaise, ont aussi survécu grâce à l’apport des arts martiaux japonais notamment le karaté. Ainsi c’est à la fois une revanche nationaliste de la Corée sur le Japon coloniale que d’être arrivé au rang de sport olympique en 2000 et à la fois un grand espoir pour l’avenir des arts martiaux coréens puisque le Taekwondo bien que très moderne, semble être le nouveau souffle du Taekkyon, un genre de Phoenix qui renait de ses cendres. C’est un sport qui définit et représente la Corée actuelle sous tout ses angles, même politiques. Très attaché à son histoire, ayant subis des blessures de guerre fratricide, il est presque normale que le Taekwondo se soit scindé en deux et que chaque Corée représente l’un de ses Taekwondo mieux que l’autre. Le Taekwondo pour la Corée, est devenu comme n’importe art martial pour tout pratiquant, il est devenu son âme. Le Sud plus économiquement ouvert, aux jeux olympiques (publicité voir show international, c’est plus un outil de propagande politique) et le Nord plus discret continue sur la voie la plus scientifique (voie plus personnelle peut être aussi plus authentique). Cela n’empêche pas les deux pays de faire des défilés cote-à-cote aux J.O. et peut-être que le Taekwondo les réconciliera un jour, qui sait.

Pourtant le Taekwondo ce n’est pas juste un fragment d’histoire, ni juste un outil politique. C’est une voie, un état d’esprit. Le Taekwondo est une discipline martiale, qui impose rigueur et de fournir des efforts si l’on aspire à réellement progresser. Ce sport est complet, il permet de travailler plusieurs parties du corps tout en améliorant les capacités cardio-vasculaires et la motricité corporelle globale. Au Québec il est devenu une manière de conserver la forme chez les plus de 50 grâce à une femme, au Maghreb un moyen d’expression féminine et dans tout les pays ou il est pratiqué aussi. Il est un sport fairplay ou l’on progresse ensemble. Les affrontements sont amicaux (les combats sont aux points pas au K.O.). Les hommes y trouvent leurs comptent et peuvent se défouler. Les femmes y prennent en agressivité et ne se laissent plus faire. Les personnes qui le pratiquent sont pour la plus-part satisfaites totalement et progressent rapidement. Si le Karaté jouie de l’influence du Japon, et si le Kung-fu à toujours rayonner grâce au cinéma d’action, sur le podium des arts martiaux les plus spectaculaires et les plus connues, le Taekwondo est aujourd’hui en tête. Bien des personnes ignorent tout de la Corée mais connaissent le Taekwondo.

Mais je crois que personne ne peut mieux parler du Taekwondo que Maître Oyama Masutatsu (de son vraie nom Choi Young-i, il sera surnommé un temps Choi Bae-dal, Bae-dal voulant dire le peuple coréen). Fondateur du karaté Kyokushinkai, bien qu’il ne soit rien à voir avec le Taekwondo, il ne peut s’empêcher d’en parler avec émotion, car pour lui c’est l’avènement d’un rêve impossible. Un coréen avait réussi à faire accepter son art au monde, ce coréen c’était Choi Hong-Hi. Voici le lien vers l’interview d’Oyama, la partie sur le Taekwondo arrive vers la fin de la deuxième partie. Ce reportage est fourni par KBS:

Ainsi le Taekwondo est un vecteur du passé et du présent vers le futur. Il évolue vite et continue d’attirer de plus en plus d’adeptes. Il est dynamique et précis, il est aussi incontournable aujourd’hui. S’il existe un magazine français nommé Karaté Bushido, il est aussi un Taekwondo Hwarang!

Même la France n’est pas en reste, Pascal Gentil est toujours une vedette des podiums internationaux. Le Taekwondo semble être la plus belle parure de Corée puisqu’en son honneur, les deux Corées ont créent un drapeau commun et ont défilé unies. Le Taekwondo continuera-t-il sont ascension ou va il continuer de se disloquer entre deux fédération ? Cela sera déterminé par le choix des instances aux pouvoirs, mais surtout de la détermination des pratiquants de tout pays d’évoluer différemment ou de se réunir. Pour conclure ce document, voici pour le plaisir des yeux, une démonstration de Taekwondo nord-coréenne.


Liens utilisés



Ahmed-Keith Reziki

Labels:

Attār of Nishapur


Since there is no one to be our companion in Love
The prayer mat is for the pious: wine dregs and vice for us ...
If the wine-bringers of the spirit sit with the devout
their wine is for the aesthetics; lees and hangovers for us
...

Attār (عطار - the Pharmacist) of Nishapur, who lived in the twelfth century (born in 1145 or 1146, died around 1221), one of the greatest Sufi poets and thinkers.

Love of the Beloved burned me like a candle, head to foot.
My soul-bird burned like a moth, wing and feather
.

Dragostea celei Preaiubite m-a parjolit si am ars ca o lumanare, din crestet in talpi.
Sufletul meu, pasare care zboara spre inalt, a ars ca o molie, aripi si pene.

I am trying now to realize the whole richness of his Manteq aṭ-Ṭayr - I found an English translation from 1889, and a stubborn question is refusing to give me peace: has Attār passed, he, all the Seven Valleys?

The fire of her love smoked my heart like aloes;
then her fire consumed both the smoke and the aloes.


Focul dragostei Ei mi-a dogorit inima, precum tortele de aloe,
apoi focul ei a facut scrum dogoarea, si frunzele de aloe.

He died beheaded; Mongols conquered the city and he was enslaved; a friend offered thousand silver pieces for his release. He advised his master to wait for another ransom: his value was greater. When a man came with a bunch of straws, he told the Mongol that this was his value. His subtlety was not at all appreciated.

A coal from her face fell into the desert:
both worlds burned like kindling from her ember.


Un taciune de pe fata Ei a cazut in pustie:
Si amandoua lumile au ars, ca aprinse din a ei ambra.

A mausoleum was built in his memory much later, in the fourteenth century.

I was to offer my soul to the soul-mate.
The Beloved outsmarted me; I got burnt.


Eram pregatit sa-mi daruiesc sufletul, sufletului meu pereche.
Cea Preaiubita m-a intrecut in darnicie; am ars ca o torta.




There's nothing left of my blood or flesh, but ash
.

Nimic nu a ramas din sangele meu, si din carne, nimic, doar cenusa.


(Iranian Film and Poetry)

(Sufi)

Labels:

Saturday, August 21, 2010

Melt, by Noémie Lafrance, at the Salt Pile


Seven dancers perched on a wall and wrapped in sculptural beeswax and lanolin costumes are slowly melting away, progressing in euphoria and exhaustion as if approaching the sun, melting until their souls escape their ephemeral bodies and disintegrate into light (Sens Production).

A site-specific dance installation by Noémie Lafrance in Lower Manhattan at the Salt Pile (Pike Slip @ South Street) until September 12. There are two reviews, not positive, in NY Times and Wall Street Journal.






(New York, New York)

(Contemporary Art)

Labels:

NY Times: Improvox - a Software That Transcribes Music



I found this morning an article in NY Times, about a software tool that could do everything one had learned to do in music theory class: read and play a printed musical score, and listen to a passage of music and transcribe it, down to the key signature, the tempo and the time signature.

Read more...



(Musica Nova)

Friday, August 20, 2010

Lion's Signature



A house in Bethesda built by Frank Lloyd Wright: on a tile his signature.

Read more in Washington Post...




(Bethesda)

(Avangarda 20)

Tuesday, August 17, 2010

(Keith): Go

(Pierre): An essay on the game of Go, by Ahmed-Keith Reziki.


Matériel de base du go : un tablier (ici un goban chinois), des pierres noir et blanche (ici des pierres chinoise plate d’un coté) et des récipients pour les pierres (ici des bols en osier). C’est donc un set chinois.

(Keith):

Originaire de Chine, le jeu de go est un jeu de stratégie militaire, (碁 ou 囲碁 : igo en japonais formel) opposant deux adversaires qui placent à tour de rôle des pierres noires (kuro) et blanches (shiro) sur un tablier, appelé goban. Le goban est une grille de 19 x 19 intersections, servant au jeu de go mais aussi au pente, trois cent soixante-et-une intersections, tentant ainsi de contrôler le plan de jeu en y construisant des territoires qui se comptent en moku. Chaque pierre représente un soldat ; les soldats encerclés deviennent des prisonniers.

Goban tibétain, actuellement l’un des plus anciens jamais trouvé. Goban en pierre découvert en 1999 au Tibet, enfoui à environ 2 mètres sous terre. On estime son âge à 3000 ans.


Il s'agit du plus ancien jeu de stratégie (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_strat%C3%A9gie_combinatoire_abstrait) connu. Malgré son ancienneté, le jeu de go continue à jouir d'une grande popularité en Chine, en Corée et au Japon. Dans le reste du monde, où sa découverte est récente, sa notoriété va également croissant. Son succès tient autant à la simplicité de ses règles qu'à sa grande richesse combinatoire et sa profondeur stratégique.
Son nom chinois est le Wéiqí (圍棋/围棋), en Corée c’est le 바둑 et au Japon on le nomme IGO (囲碁).


Un goban de l'ère Taishô que l’on peut admirer au musée des beaux arts Adachi dans la province de Shimane. Bols laqués avec une décoration de fleurs de prunier dans le style Kôrin.


Légendes des origines

Selon une tradition chinoise, ce serait deux dragons appelés Hei-Zi (le noir) et Bai-Zi (le blanc) se disputant pour savoir lequel des deux était le plus puissant qui créèrent le wéiqí (nom chinois du go) pour se départager. Les dieux envoyèrent alors un troisième dragon observer la partie et lui ordonnèrent de ne revenir faire son rapport qu'une fois celle-ci terminée. Leurs règles étaient les mêmes que les nôtres aujourd'hui, si ce n'est que la règle du ko n'existait pas puisque, étant immortels, ils étaient infiniment patients. Les dragons jouent donc depuis des milliers d'années et chaque millénaire, les dieux envoient un nouvel observateur. Actuellement, cinq dragons observent le jeu et un sixième devrait être envoyé dans quelques années.

Sur le plan historique, bien que le wéiqí soit très ancien, les datations qui lui attribuent plus de 4000 ans d'âge ne reposent que sur des récits légendaires que rien ne vient étayer mais que beaucoup ont pris pour argent comptant. Seule certitude, le jeu fut inventé bien avant notre ère en Chine. Son attribution à l'un ou l'autre des empereurs légendaires Yao ou Shun, chacun l'ayant utilisé pour l'éducation de leur fils, n'a aucun fondement historique. Pas plus d'ailleurs qu'une autre légende qui en attribue l'invention à un vassal, s'appelant U, qui l'aurait imaginé, quant à lui, pour distraire son suzerain sous le règne de Jie Gui au XVIIe siècle av. J.-C.

Certains chercheurs voient dans l'art divinatoire chinois du Yi Jing de nombreuses analogies avec le wéiqí qui pourrait en être le vecteur matériel.

On trouve les premières références écrites à un jeu qui pourrait être le go dans les Annales des Printemps et des Automnes (entre 722 et 481 av. J.-C.). Plus tard, Confucius mentionne le go dans ses entretiens.

Le jeu connaît alors un très fort développement avec l'apparition d'un système de classement des joueurs, d'instituts de go et de fonctionnaires. Les livres se multiplient : recueils de parties, écrits théoriques, listes de joueurs, etc. Les premiers traités de go sont écrits à la fin de la dynastie Han (début du IIIe siècle ap. J.-C.). Le go est alors intégré aux trois arts sacrés (peinture, musique et calligraphie) pratiqués par l'empereur et ses courtisans ; cela durera jusqu'à la fin du XIX e siècle.

Dès la fin des Hans et jusqu'à la restauration de l'empire par les Sui en 589 ap. J.-C., les classes dirigeantes sombrent dans le désœuvrement et se tournent vers le taoïsme et le go.

Le wéiqí arrive en Corée au Ve siècle et atteint enfin l'archipel nippon où il est vite adopté par l'aristocratie locale, très influencée par la Chine. Selon la tradition, c'est en 735 que le go fut introduit au Japon mais on trouve des interdictions du go déjà édictées plusieurs dizaines d'années plus tôt. Dans un décret de l'impératrice Jitō promulgué en 701, l'aristocratie s'arroge le droit d'y jouer. Les moines bouddhistes, auxquels on a interdit la musique et les jeux de hasard obtiennent le droit de jouer au go, non considéré comme un jeu de hasard. Réservé à l'élite sociale, le go ne s'est cependant pas démocratisé au Japon avant le XXe siècle.

La pratique du go se généralisera parmi les samouraïs comme entraînement à la stratégie militaire. À Kyōto, les moines nichiren (secte bouddhiste japonaise) seront les fondateurs d'Honinbō, la première grande école de go qui durera jusqu'en 1940.

Au XXe siècle, une simple modification de règles va transformer profondément la pratique du jeu. On abolit la règle du zuozi qui consiste à placer une pierre dans chacun des quatre hoshi de coin du goban et on commence désormais la partie avec un goban entièrement vide. Le zuozi restera en vigueur en Chine jusqu'au début du XXe siècle. Au Japon, le go est désormais libre pour les explorations théoriques sans entrave qui déboucheront sur le développement des Fuseki et des Joseki.

Un artisan utilisant la méthode traditionnelle au sabre pour faire les lignes sur le plateau.


Âge d'or du go

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, le go est objet de grand intérêt de la part des seigneurs qui se disputent le pouvoir. En 1578, le daimyo Oda Nobunaga invite à Edo le moine Nikkai, un joueur réputé, pour l'affronter. Impressionné par la force de Nikkai, il lui accorde le titre de Meijin (Maître) qui deviendra par la suite l'un des grades les plus prestigieux du monde du go. Nikkai est nommé instructeur d'Oda Nobunaga. Quelques années plus tard, en 1582, celui-ci assiste à une partie dans laquelle apparait un triple ko. Le soir même, l'un de ses compagnons d'arme se révolte, provoquant le seppuku d'Oda Nobunaga.

Depuis, le triple ko est considéré comme un présage néfaste.

En 1590, Toyotomi Hideyoshi organisa le premier tournoi officiel pour désigner le plus fort joueur du pays. Honinbō Sansa (nouveau nom de Nikkai) remporta ce premier titre. Les autres joueurs sont classés en fonction de leur rang selon le système nouvellement créé des dan.

Avec l'unification du Japon par Ieyasu Tokugawa en 1603, le go, soutenu par les militaires et le shogunat Tokugawa, entre dans sa période classique et connaît un développement ininterrompu pendant plus de deux siècles et demi. Grâce à la protection du shogun, le go acquiert un statut officiel et devient une institution gouvernementale. Le meilleur joueur du pays se voit promu au rang de godokoro, une sorte de ministre du go qui a la haute main sur toute l'administration du go professionnel. Trois nouvelles grandes écoles voient le jour, Hayashi, Inoue et Yasui, qui disputeront la prééminence à la prestigieuse Honinbō. Elles s'affronteront pour se partager les prébendes et les postes de fonctionnaires richement dotés. Un tournoi annuel (o-shiro-go) réunira les deux meilleurs joueurs en présence de l'empereur et du shogun.

En 1868, la restauration Meiji mettra un terme à cet âge d'or. Avec l'entrée du Japon dans l'ère industrielle, le go perd ses repères féodaux traditionnels et ses mécènes, et il sombre dans une crise durable et profonde. Plusieurs tentatives de réorganisation avortent rapidement. En 1879 cependant est fondé Hōensha, la première organisation qui parvient à fédérer le monde du go. Après de nombreuses vicissitudes, il en émergera la Nihon Ki-in fondée le 20 mai 1924. Les premières décisions de ces organisations visent à démocratiser le go. Grâce à la couverture régulière dont il est l'objet dans certains journaux comme le Daily Yomiuri, le go devient très populaire.

C'est aussi à ce moment que sont édictés les premiers règlements concernant les cadences de jeu: en 1922, le temps total dont dispose chaque joueur est réduit à 16 heures. Il n'était en effet pas rare à l'époque qu'une partie durât une semaine ou plus ; certaines parties furent interrompues jusqu'à 20 fois. Le roman de Kawabata, Le Maître, ou Le Tournoi de go, met en scène l'ultime partie de Shusai, dernier des Honinbo, jouée contre Kitani Minoru (appelé Otake dans le livre), et qui fut aussi la dernière de ces parties interminables :

Les joueurs de haut rang se voient généralement attribuer dix heures chacun pour une partie, mais cette fois, par exception, les délais avaient été multipliés par quatre. Il restait encore quelques heures aux Noirs, néanmoins, trente-quatre heures, cela semblait tout à fait inhabituel, et même sans doute unique dans les annales du jeu, depuis qu'on fixait des limites de temps.

La partie en question, qui se déroule en 1938, s'étale sur six mois et quatorze séances. La première séance, cérémonie d'inauguration, ne comprit, pour la forme, que les deux premiers coups.

La durée des parties sera encore réduite par la suite.

Partie pédagogique à droite (d’apprentissage) et partie normale a gauche, cette joueuse professionnelle joue donc une partie « simultanée » dans le jargon du go.


Le go à l'ère atomique

Le go continua son chemin malgré toutes les difficultés inhérentes à la Seconde Guerre mondiale. Une anecdote (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_go - cite_note-15) illustre bien la rage de jouer des professionnels du go. Au printemps 1945, Iwamoto Kaoru devint challenger d'Hashimoto Utaro dans le prestigieux tournoi d'Honinbō. Jouer à Tōkyō étant impensable après les terribles bombardements de mars 1945, il fut décidé que le match se déroulerait durant l'été à Hiroshima.

La première partie eut lieu les 23 et 25 juillet 1945 malgré l'interdiction de jouer signifiée aux joueurs par le chef de la police locale qui craignait pour leur sécurité. Leur maison fut d'ailleurs mitraillée par l'aviation américaine durant la partie. Furieux d'apprendre qu'on avait enfreint ses ordres, le policier leur interdit formellement de rejouer dans la ville. Les adversaires tombèrent d'accord pour disputer la seconde partie du 4 au 6 août à Itsukaichi dans la banlieue d'Hiroshima. Au troisième jour du match, les joueurs faisaient une pause dans le jardin, lorsqu'ils aperçurent une explosion fulgurante suivie par la formation d'un gigantesque champignon et par un coup de vent violent qui brisa les fenêtres et renversa les meubles et la table de jeu. Comme ils en étaient au yose (fin de partie après les combats), ils replacèrent la position et terminèrent la partie (qui se finit par une victoire de Hashimoto avec cinq points d'avance).

Ce ne fut que plus tard dans la journée, en voyant arriver les rescapés de la première bombe atomique, que les joueurs comprirent la tragédie à laquelle ils avaient miraculeusement échappé. Le match se termina par un résultat nul (3-3) en novembre 1945, durant l'occupation américaine après la reddition du Japon.

Cette joueuse joue trois parties en même temps. Il existe aussi des parties unicolores(les deux adversaires prennent la même couleur de pierre) ou en aveugle (le joueur en formation insei, professionnel ou deux joueurs ont soit les yeux bandé soit joue loin du goban ou une tierce personne posera les pierres).


Diffusion dans l'Occident

La découverte du go en Europe fut extrêmement tardive. Ce n'est qu'au XVIIe siècle qu'apparaissent les premières mentions du jeu de go. La première attestation écrite remonte à la traduction, publiée en 1615 à Augsbourg, du récit du séjour en Chine du jésuite Matteo Ricci. Par la suite, les mentions du go se multiplient à travers l'Europe mais toujours assez brièvement dans des récits de voyage. Il faut attendre 1710 pour que Gottfried Wilhelm von Leibniz rédige les premières considérations mathématiques sur le go (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_go - cite_note-18).

Selon Franco Pratesi, les premières descriptions du jeu étaient cependant trop sommaires pour pouvoir y jouer correctement. C'est seulement à la fin du XIXe siècle que le sinologue anglais Herbert Giles donne la première présentation utilisable des règles du jeu de go ainsi que des conseils au débutant (comme celui d'utiliser un goban de 11x11, etc.).

À la même époque, l'Allemand Oskar Korschelt – qui a passé plusieurs années au Japon en tant que dentiste, et a eu le 18e Honinbo Shuo, comme patient– publie plusieurs articles puis un livre Das japanisch-chinesisch Spiel Go : ein Concurrent des Schach (1881) qui auront un impact décisif sur la découverte du go : le jeu connaîtra alors ses premiers développements, principalement en Allemagne (en particulier à Leipzig) et en Autriche-Hongrie (à Vienne et Graz). Le premier club est créé en 1895 à Pola par des officiers de la marine austro-hongroise et la première revue, la Deutsche Go-Zeitung, naît à Vienne en 1909. Par la suite, le go prend racine à Berlin avec quelques joueurs célèbres (Max Lange, un homonyme du joueur d'échecs, Edward Lasker, Emanuel Lasker, etc.). En août 1924, se déroule à Munich le First German Tournament.


Compétition officiel au japon, récompense finale 1 millions de Yen soit un peu plus de 8500 euros.


Le go moderne

Après la Seconde Guerre mondiale, le go se développe sous l'impulsion de la fédération japonaise (Nihon Ki-in). En Chine où il végétait depuis des siècles, le jeu de go, après avoir surmonté la crise de la Révolution culturelle, connaît un renouveau spectaculaire depuis les années 1980 et un développement sans précédent. Dans les années 1990, c'est au tour de la Corée d'entrer en scène avec de très forts joueurs, comme Lee Chang-ho considéré alors comme le meilleur joueur du monde. De fait, à la fin des années 1990, les trois meilleurs joueurs coréens se sont adjugés, à eux seuls, près de 50% des titres internationaux. Le Japon, qui régnait sans partage sur le monde du go depuis des siècles, voit sa suprématie bousculée et maintenant remise en question tous les ans. À travers le go, les trois pays de l'Asie de l'Est ont trouvé une nouvelle occasion -pacifique- de vider leurs querelles historiques.

Dans le reste du monde, l'intérêt pour le go s'est constamment développé mais à un rythme moins soutenu, souvent au travers de la diaspora chinoise, coréenne ou japonaise. Ainsi, en France, le jeu a connu un important développement à partir de 1969, dû presque uniquement à la présence d'un fort joueur amateur coréen, Lim Yoo Jong. Il faudra attendre 1978 pour voir un Européen obtenir un titre professionnel de go et 2000 pour qu'un Occidental obtienne un rang de neuvième dan. En Europe, le plus fort joueur professionnel est actuellement le Chinois Fan Hui, arrivé en France en 2000. Aujourd'hui, on compte plus de quarante millions de joueurs dont un million d'Européens. La parution du manga Hikaru no go, à la fin des années 1990, a ravivé l'intérêt pour ce jeu, notamment chez les jeunes (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_go - cite_note-24); la même période voit l'apparition de serveurs dédiés au go (KGS et IGS sont sans doute les plus populaires actuellement en Occident), ce qui permet désormais à tous de jouer à toute heure, et d'observer des parties de tout niveau, amenant à une forte augmentation du nombre des joueurs confirmés, et à une accélération de leurs progrès.

Pierres

Les deux adversaires placent des pions noirs et blancs, appelés pierres (go-ishi 碁石, 棋子), sur une intersection du goban. En théorie, ils disposent d'un nombre illimité de pierres, autant qu'il en faut. Les équipements vendus dans le commerce se limitent généralement à 180 pierres noires et 180 pierres blanches, nombres qui sont très proches de la moitié du nombre d'intersections sur le goban (361). En pratique, il est très rare qu'une partie dépasse trois cents coups ; de plus, en cas de besoin, il est le plus souvent possible de procéder à des échanges de prisonniers.

Dépourvues de toute inscription ou décoration, les pierres ont toutes la même forme, et ne se différencient que par la couleur. Leur forme est généralement celle de lentilles biconvexes ou plan-convexes (pierres Yunzi par exemple). Les pierres traditionnelles de luxe étaient en ardoise pour les pierres noires et en coquillage pour les pierres blanches. Aujourd'hui, le matériau le plus courant est le verre coloré mais on en trouve en différentes autres matières : plastiques, bois, mais aussi jade, agate et autres pierres semi-précieuses.

Bols

Les pierres sont conservées dans des bols (go-su 碁笥) dont les couvercles peuvent servir à recueillir les prisonniers. Les bols ont également donné lieu à des productions de qualité extrêmement variée (allant du bois précieux au simple plastique).

Horloge

Depuis les années 1920, le temps imparti pour la partie est limité et contrôlé par une horloge. Traditionnellement, dans les grands tournois, le décompte du temps est tenu par un assistant. De nos jours, les amateurs se contentent d'une pendule à double décompte, identique aux pendules d'échecs. Pour la cadence de jeu, le principe le plus répandu consiste à attribuer un temps global pour la partie puis à faire suivre celui-ci d'une période supplémentaire, le byoyomi, durant laquelle chaque joueur se voit attribuer un temps limité pour chacun de ses coups (faute de quoi il perd la partie). Vu sa complexité, le décompte du byoyomi moderne nécessite l'emploi de pendules électroniques ; ce matériel n'étant pas toujours disponible, des systèmes hybrides ont été développés (comme le byoyomi canadien, dans lequel le joueur doit jouer un certain nombre de coups, douze par exemple, en moins de cinq minutes).

Exemples de temps alloué et de byoyomi :

  • Partie en 30 minutes, byoyomi de 30 secondes : après avoir utilisé ses 30 minutes, le joueur dispose de 30 secondes pour chaque coup supplémentaire.
  • Partie en 2 heures, byoyomi de 1 minute : après avoir utilisé ses 2 heures, le joueur dispose de 1 minute pour chaque coup supplémentaire.


Je n’ai pas pu trouver de chiffre précis du nombre de joueurs actuel au Japon, mais seulement que depuis 1994 (date de parution d’Hikaru no go), le nombre de joueur ne cesse d’augmenter dans tout les pays qui dispose d’une connexion internet, notamment via les deux sites KGS et IGS.

Les parties officielles sont reproduites sur tableau géant et retransmises à la TV.


Liens

Journal japonais online :

Histoire du go :

Pour apprendre online :

Pour jouer online :

Pour jouer à Aix en Provence (whatever that means, Pierre):
Livres sur le jeu de go :
  • Shan Sa aux éditions Grasset : La joueuse de Go (existe en format poche)- c’est un roman traitant de la bataille en Mandchourie entre le Japon et la Chine, et de l’amour interdit entre une chinoise au jeu de go fluide et rond (comme les arts martiaux chinois du nord – Ba-Qua-Zhang, Tai-Ji-Quan, etc. –) et d’un soldat japonais au jeu plus dure et stricte tel le militaire qu’il est. C’est véritablement le livre qui ma fait aimer le go et Shan Sa.


Ahmed-Keith Reziki

Labels: ,